Entretien avec Jean Claude Ameisen

Présentation

Jean Claude Ameisen est médecin et chercheur, professeur d’immunologie à l’Université Paris Diderot. Ses recherches depuis plus de vingt ans concernent l’origine des phénomènes d’autodestruction cellulaire au cours de l’évolution du vivant et le rôle de la “mort cellulaire programmée” dans le développement des maladies. Il a été nommé en novembre 2012 président du Comité consultatif national d’éthique de France. Impliqué dans le développement des relations entre science, culture et société, il est directeur du Centre d’études du vivant (Institut des Humanités de Paris – Université Paris Diderot), et membre du Conseil scientifique du Collège international de Philosophie. Il est l’auteur notamment de “La sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice” (Points Seuil), prix Jean Rostand, et prix Biguet de philosophie de l’Académie française ; “Dans la lumière et les ombres. Darwin et le bouleversement du monde” (Points Seuil) ; “Les Couleurs de l’oubli” (avec François Arnold, L’Atelier) ; “Quand l’art rencontre la science” (avec Yvan Brohard, La Martinière) et “Sur les épaules de Darwin. Les battements du temps” (France Inter/LLL).

Séminaire : “Aby Warburg : Art, neurosciences et psychanalyse”

Date

Samedi et dimanche 12-13 octobre 2013, 9h00 – 16h15

Intervenants

http://www.helixcenter.org/roundtables/aby-warburg-art-neuroscience-and-psychoanalysis-day-2/

Organisé en collaboration avec The Helix Center, New York
Intervenants : Cristina Alberini, Siri Hustvedt, Christopher Johnson, Joseph LeDoux, Peter Loewenberg, Spyros Papapetros, Robert Penzer, Louis Rose, Anjan Chatterjee, Georges Didi-Huberman, David Freedberg, Vittorio Gallese, Thomas DaCosta Kaufmann, Ludovica Lumer, Edward Nersessian, Andrea Pinotti, François Quiviger, Dorothea Rockburne, Christopher Wood, François Ansermet et Pierre  Magistretti.

Lieu

The Helix Center for Interdisciplinary Investigation, The Marianne & Nicholas Young Auditorium, 247 East 82nd Street New York, NY 10028

Modalité d'entrée

Entrée libre et gratuite.

Séminaire: “Ferdinand de Saussure: Neurosciences, psychanalyse et semiologie”

[nz_youtube id=”kha_ab2FlPU”]

[nz_gap height=”25″ /]

Avec la participation du Groupe SEMSA, Universidad de Antioquia
Intervenants : Daniel Petit, Guillemette Bolens, Philippe Vernier, Jeanette Zwingenberger, Jean Daviot, François Leguil, Claudia Méjìa, François Ansermet et Pierre Magistretti.
Modérateur : Alain Grosrichard.
Entrée sur invitation.
Le Cénacle, 17 Promenade Charles-Martin – 1208 Genève

Séminaire : “Ferdinand de Saussure : Neurosciences, psychanalyse et sémiologie”

Date

Jeudi 3 octobre 2013, 9h00 – 17h30

Intervenants

Avec la participation du Groupe SEMSA, Universidad de Antioquia
Intervenants : Daniel Petit, Guillemette Bolens, Philippe Vernier, Jeanette Zwingenberger, Jean Daviot, François Leguil, Claudia Méjìa, François Ansermet et Pierre Magistretti.
Modérateur : Alain Grosrichard.

Lieu

Le Cénacle, 17 Promenade Charles-Martin – 1208 Genève

Modalité d'entrée

Entrée sur invitation.

Documents

Entretien avec Guillemette Bolens

Présentation

Guillemette Bolens a obtenu une Licence ès Lettres à l’Université de Genève, un PhD à l’Université de Pennsylvanie (USA), et un Doctorat en Littératures comparées à l’Université de Genève en 1998. Nommée professeure ordinaire en 2005, elle devient vice-doyenne de la Faculté des Lettres en 2008, puis vice-rectrice de l’Université de Genève en 2011. Elle est en charge de la chaire de littérature médiévale au département d’anglais de la Faculté des Lettres. Sa recherche est interdisciplinaire et porte sur l’histoire du corps, la cognition motrice et l’intelligence kinésique de l’Antiquité à nos jours. Dans cette perspective, elle a publié des articles aussi bien sur Homère, Virgile, Quintilien, Chrétien de Troyes, Chaucer, Joyce et Proust que sur Buster Keaton, Jacques Tati et Charlie Chaplin. Elle a reçu le Prix Latsis et le Prix Barbour pour “La Logique du corps articulaire: les articulations du corps humain dans la littérature occidentale”, Presses Universitaires de Rennes, 2000 (réimpression 2007). Son livre “Le Style des gestes : corporéité et kinésie dans le récit littéraire” (BHMS, 2008, Préface d’Alain Berthoz, Collège de France) a été publié en anglais aux Presses Universitaires de Johns Hopkins en 2012 sous le titre “The Style of Gestures: Embodiment and Cognition in Literary Narrative”.

Entretien avec Jean-Michel Besnier

Présentation

Jean-Michel Besnier est professeur de Philosophie à l’Université Paris-Sorbonne et membre du Centre de Recherches en Epistémologie Appliquée (CREA, UMR CNRS et Ecole Polytechnique). Il est membre du Comité d’Ethique du CNRS (jusqu’en juin 2011), du Conseil scientifique de l’Institut des Hautes Etudes en Science et Technologie et du Conseil d’administration de Universcience. Il a été directeur scientifique du secteur Sciences et Société du Ministère de la Recherche (jusqu’en avril 2011). Parmi ses dernières publications : La Croisée des sciences (Le Seuil 2006), Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ? (Fayard 2010), La Science en jeu, avec E. Klein, H. Wismann et H. Le Guyader (Actes Sud 2011) et L’Homme simplifié. Le syndrome de la touche étoile (Fayard 2012). Il dirige la collection Mélétè aux éditions Le Pommier. Ses recherches actuelles concernent essentiellement l’impact philosophique et éthique des sciences et des techniques sur les représentations et les imaginaires individuels et collectifs.

Entretien avec Claude Calame

Présentation

Actuellement directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et attaché au Centre “Anthropologie et histoire des mondes anciens” (ANHIMA, 2 Rue Vivienne, F-75002 Paris), Claude Calame a été longtemps professeur de langue et littérature grecques à la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne où il a notamment présidé le Département Interfacultaire d’Histoire et de Sciences des Religions. Après un enseignement à l’Université d’Urbino en Italie, puis dans un lycée lausannois, après une brève enquête de terrain dans la région du Sépik en Papouasie-Nouvelle Guinée, il a également enseigné aux Etats-Unis, à l’Université de Yale, ainsi qu’à l’Ecole doctorale en sciences humaines de l’Université de Sienne. En 2010, il a publié “Prométhée généticien” (collection Encres Marines, Belles Lettres), livre qu’il a écrit en dialogue avec les travaux de François Ansermet et Pierre Magistretti. Autres publications récentes: “L’Éros dans la Grèce antique”, Paris (Belin) 2009 (3e éd. de poche), “Mythe et histoire dans l’Antiquité grecque. La narration symbolique d’une colonie”, Paris (Les Belles Lettres) 2011 (2e édition révisée et augmentée), “Sentiers transversaux. Entre poétiques grecques et politiques contemporaines”, Grenoble (Jérôme Millon) 2008.

Entretien avec David Edwards

Présentation

David Edwards est le fondateur du “Laboratoire” à Paris, le noyau de son réseau international d’innovation d’ArtScience Labs. Il enseigne à l’Université d’Harvard à l’École d’ingénierie et des sciences appliquées, et est un membre fondateur de l’Institut Wyss d’Harvard sur l’ingénierie inspirée de la biologie. La base créative de David, Le Laboratoire, est un centre culturel dans le centre de Paris où il travaille en étroite collaboration avec des artistes et des designers, dont des chefs, des compositeurs et des artistes contemporains, pour mener des expériences aux frontières de la science. Ces expériences conduisent à des expositions publiques des travaux en cours et se traduisent souvent par des innovations culturelles, sociales et commerciales. Parmi les innovations commercialisées de David depuis l’ouverture du Laboratoire en 2007 sont “Andrea” (un filtre à base de plantes qui accélère la filtration des gaz toxiques par la matière végétale), “Aeroshot Chocolate” (chocolat sans calories), “Le Whaf” (un générateur de saveurs pour la gastronomie), “Cellbag” (un sac inspiré des cellules pour transporter l’eau dans les pays développés et en développement), le “AeroShot” (caféine aérodynamique) et “WAIHH Quantum Sensations” avec le designer Philippe Starck.

1 2